Online:
Visits:
Stories:
Profile image
By The Media Co-op
Contributor profile | More stories
Story Views

Now:
Last Hour:
Last 24 Hours:
Total:

Alliances entre sociétés de coopération canadiennes et pétrolières: cadeaux empoisonnés

Thursday, March 2, 2017 21:51
% of readers think this story is Fact. Add your two cents.

(Before It's News)

Témoignages recueillis par une accompagnatrice du PASC, Méta, Colombie, février 2017.

Albeiro* est un fermier de la région du Meta, en Colombie. Sur son lopin de terre, il cultive le cacao, le plantain et le manioc. Il y a quelques années, il a été témoin des liens de connivence entre l’organisation SOCODEVI et l’entreprise pétrolière Talisman, toutes deux canadiennes.

« Ça fait 30 ans que j’habite sur cette ferme et j’arrive à m’en occuper sans l’aide de groupes de coopération internationale. Avant, oui, je faisais partie d’une association d’agriculteurs et agricultrices. Un jour, on a reçu la visite d’un ingénieur de Talisman. Avec ses grands discours, il nous a informé qu’une organisation de coopération internationale canadienne s’en venait dans la région ».

« Quelques semaines plus tard, l’association d’agriculteurs et agricultrices dont je faisais partie a été approchée par SOCODEVI.  L’organisation nous a fait des promesses quant à l’augmentation de notre production de cacao et à l’ouverture du marché international pour les cultivateurs. Mais bon, SOCODEVI m’a fait des cadeaux : une caisse pour faire fermenter mon cacao, une table pour sécher les graines… mais il n’y a jamais eu d’avancement en termes de production ».

Talisman est une entreprise pétrolière canadienne opérant dans différentes régions de Colombie. Depuis 2014, elle a vendu ses actions à l’entreprise espagnole Repsol. Repsol et Talisman sont tristement connues pour les impacts dévastateurs de leurs projets sur l’environnement et par leurs pratiques ne respectant pas le droit de consultation des populations locales.  Aujourd’hui, Repsol travaille main dans la main avec Ecopetrol, l’entreprise d’État colombienne, en voie de privatisation.

La société SOCODEVI est, selon ses termes, « un réseau d’entreprises coopératives et mutualistes ». On y retrouve par exemple les entreprises canadiennes Agropur et le groupe financier La Capital.  Elle est financée par différents gouvernements, dont celui du Canada, par des Banques inter-régionales de développement et par des entreprises de différents pays. La pétrolière Repsol figure notamment dans la liste de ses « partenaires de financement et clients »1. SOCODEVI  reçoit des fonds du Ministère des affaires étrangères via son « programme de développement pour la Colombie ».

Pour les paysan-nes de la région, il ne fait aucun doute que SOCODEVI est un des rouages de la stratégie que déploient les entreprises minéro-énergétiques pour s’inviter, ou plutôt, pour s’imposer sur leur territoire. Preuve en est à leurs yeux que les pamphlets destinés à la promotion des projets de développement de SOCODEVI arborent le logo de la pétrolière Repsol aux côtés de celui  du gouvernement canadien. Rien de surprenant puisque dans le département du Méta, la pétrolière espagnole est l’unique partenaire du projet « PROCOMPITE» (proyecto de fortalecimiento de la competitividad de las empresas asociativas rurales) financé par le gouvernement canadien2.

Par ailleurs, une visite sur le site web général de SOCODEVI nous apprend que l’autre projet mené par cet ONG en Colombie se situe « dans les zones directement touchées par l’exploitation minière et les activités des entreprises London Mining et Minas PazdelRío ». Ce projet est financé par les deux minières concernées3. Gestion des dommages ou stratégie visant l’acceptabilité sociale des projets destructeurs?

« Il y a quelques mois, Ecopetrol a commencé à s’installer pour entamer l’exploitation dans notre communauté. Déjà, avec la fracturation sismique qui avait été utilisée lors de la phase d’exploration, nous avons remarqué que les sources d’eau s’asséchaient. Mais en voyant l’impact de la présence de l’entreprise sur le tissu social et l’environnement, j’ai décidé de me retirer de l’association d’agriculteurs et agricultrices. J’en avais marre de cette mascarade… Mais les autres ne se rendent pas compte des liens entre l’entreprise et SOCODEVI. »

Le contrat de SOCODEVI est d’une durée de 6 ans, soit le temps nécessaire pour que la pétrolière s’installe dans la région pourrait-on croire. 

«  Je me demande sérieusement : Pourquoi SOCODEVI nous propose son aide pour les cultures et la production agricole, si l’exploitation pétrolière va tout détruire? »
 

Notes

* Le prénom a été modifié pour assurer l’anonymat du témoignage
1. http://socodevi.org/nos-partenaires/partenaires-de-financement-et-clients/
2. PROCOMPITE (ou projet de renforcement de la compétitivité des entreprises associatives rurales),  l’un des deux projets menés par SOCODEVI en Colombie : http://procompite.socodevi.org
3. http://socodevi.org/project-sheet/participation-au-developpement-economi…



Source: http://montreal.mediacoop.ca/newsrelease/36451

Report abuse

Comments

Your Comments
Question   Razz  Sad   Evil  Exclaim  Smile  Redface  Biggrin  Surprised  Eek   Confused   Cool  LOL   Mad   Twisted  Rolleyes   Wink  Idea  Arrow  Neutral  Cry   Mr. Green

Top Stories
Recent Stories
 

Featured

 

Top Global

 

Top Alternative

 

Register

Newsletter

Email this story
Email this story

If you really want to ban this commenter, please write down the reason:

If you really want to disable all recommended stories, click on OK button. After that, you will be redirect to your options page.